le blog de Hicham BENBRAHIM

Il n'y a que deux choses qui soient infinies: l'univers et la bêtise humaine. et encore, pour l'univers, je ne suis pas sûr. Albert Einstein.

16 octobre 2013

Mensonge humanitaire..

  • Entre 2004 et 2005, l’association Family Health International (FHI) appuyée par le laboratoire américain Gilead Sciences dont les principaux donateurs sont le gouvernement américain et la Fondation Bill et Melinda Gates, a mené dans plusieurs pays africains, le Nigeria, le Cameroun, le Ghana, des essais cliniques du Tenofovir ®, un antiviral utilisé contre le sida sur des hordes de prostituées[1], encouragées à avoir des rapports sexuels non protégés.

 

  • En août 2001, des dérives semblables ont conduit à l’ouverture d’une action judiciaire. Une trentaine de familles nigérianes ont saisi un tribunal new-yorkais afin de faire condamner le laboratoire américain Pfizer pour le test du Trovan ®, un antibiotique destiné à lutter contre la méningite. Au cours de cette étude, pratiquée en 1996 pendant une épidémie de méningite, onze enfants sur deux cents avaient trouvé la mort et plusieurs autres avaient gardé de graves séquelles cérébrales ou motrices.

 

  • Actuellement, 1 500 séries d’essais sont conduites en Inde sur près de 150 000 sujets et les décès de patients testés ont augmenté. Toutefois, on reconnait difficilement le lien direct avec les essais cliniques et, l’an dernier, quatre cas seulement ont été dédommagés.

 

  • Le scandale de l’administration volontaire du VIH en Libye a fait couler beaucoup d’encre quand des infirmières étrangères ont été condamnées. Tout le monde et toutes les associations de droit de l’homme ont crié fort à cause de quelques personnes (loin d’être innocentes) et  condamnées, alors qu’ils se taisent et ferment les yeux sur le massacre de  milliers de gens quand on pratique sur eux des essais cliniques mortels.

 

  • En 2008 aux États-Unis, 78 % des cobayes embauchés dans le cadre d’essais cliniques relatifs à des médicaments visant le marché US ont été recrutés à l’étranger. En Europe, c’est 61 %, plus 11 % de patients provenant de pays d’Europe centrale (membres de l’Union européenne). Ces dernières années, la Pologne et la Hongrie, par exemple, ont représenté 21 % des sujets recrutés dans le monde, selon une enquête de Reuters : plus du double que les États-Unis et le Canada réunis ! En France, 8 % seulement des patients impliqués dans des essais ont eu lieu sur le sol français. Tout cela au profit de l’Asie, de l’Amérique Latine et des pays de l’Est.

Chaque jour, nous apprenons qu’un laboratoire pharmaceutique a opéré des essais de médicaments sur des populations de pays en voie de développement, ce qui est plus facile, moins risqué et plus lucratif que dans les pays riches.

L’objectif des laboratoires reste de concevoir des produits destinés à la clientèle des riches pays occidentaux. Les maladies des pays pauvres ne figurent pas parmi les priorités des entreprises : seul un marché d’au moins 200 millions de dollars peut commencer à intéresser les stratèges de la pharmacie. Cependant, les populations des pays en voie de développement ne souffrent pas que du paludisme et de la tuberculose. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 80 % des décès provoqués par des maladies chroniques et non contagieuses sont recensés dans les pays en voie de développement. L’Inde et la Chine concentrent plus de 90 % des cas mondiaux de diabète de type 2. Dans certaines régions du continent africain, une personne sur cinq est diabétique, et vingt millions d’Africains souffrent d’hypertension (3).

les essais cliniques produits par l'industrie contemporaine n'ont en général rien de scientifique, c'est du pur marketing. Je doute fort de l’honnêteté des associations humanitaires étrangères qui viennent sillonner les pays pauvres d’Afrique qui est la destination de choix pour les géants  de l’industrie pharmaceutique pour des essais clinique à grande échelle. des groupes pharmaceutiques  se servent des patients comme de "cobayes" pour des essais cliniques illégaux en inde et en Afrique par le biais des « association humanitaires » Selon ces associations, les pays d’Afrique et l’inde sont  des destinations attrayantes pour les multinationales en quête d'essais cliniques en raison des coûts moins élevés, d'un certain vide législatif "Il est extrêmement regrettable que des essais cliniques puissent avoir lieu et que des gens meurent. "Il doit y avoir un sens de la responsabilité. Les êtres humains sont traités comme des cobayes", Le choix est tout fait. Les Africains, ainsi que leurs amis asiatiques, sont les nouveaux « rats de laboratoire » sur lesquels sont bâties les perspectives de profits gigantesques. Les ressources naturelles ne suffisent plus, il faut aussi que la vie « misérable » de l’homme africain puisse servir à quelque chose.

Et le Maroc ?

Le Maroc, à ma connaissance, ne représente pas le bon laboratoire d’essai « scientifique » à grande échelle du fait qu’il ne répond pas vraiment aux données souhaitées par les industriels, (nombre de patients insuffisant, leur l’intelligence, leur coutumes et les autorités qui veillent de prés sur les dérapages spectaculaires.)

MAIS, on sait parfaitement qu’il existe plusieurs associations de toutes les  couleurs qui sont installées au Maroc ou qui viennent régulièrement pour des missions humanitaires. Ou d’autres qui viennent pour des missions  flash. 

Je me pose la question sur la source de financement de certaines associations « riches » installées confortablement au Maroc depuis plusieurs années. Et qui opèrent en toute quiétude ?? leur but ? Un travail ou une mission bien programmée sur plusieurs années, un suivi régulier et strict ne peut jamais être fait en comptant que sur mes donateurs ! il y’a forcement une source financière puissante qui alimente ces associations et dans quel but ?? . Partant du principe que rien n’est gratuit, quel intérêt pourrait avoir ces associations de s’installer et d’opérer au Maroc ? Pour moi le Maroc est la porte de l’Afrique. Le Maroc leur servirait, pour l’Afrique, comme un tremplin, une plate forme, ou un pied a terre, vu la proximité avec l’Europe.

Pendant leurs actions de médecine et de chirurgie, ces associations ramènent avec eux des « produits », du matériel et des patriciens. ils font des programmes indépendamment des besoins de la population.  Je pense que le Maroc est aussi un lieu d’expérimentation soft. De petits essais qui ne font pas vraiment mal actuellement peuvent être nocif plus tard sans se rendre compte. Il est vrai que la population profite de certains actes banaux mais à leur insu on leur administre parallèlement des produits d’essais qui parfois n’ont rien à voir avec l’acte lui-même. Il existe plusieurs façons de faire véhiculer des choses gentiment sans se rendre compte de l’intérêt réel de ces opérations. 

D’autres équipes d’étrangères viennent pour des missions flash pour un échantillon bien déterminé et passe sous la couverture d’humanitaire en faisant passer des essais invisible à la population,, et reviennent périodiquement pour ce même échantillon  pour des contrôle! Mais en vérité ils reviennent pour constater les résultats et le suivi de leur essai a intérêt lucratif.  « Aucun moyen d’évaluer la qualité des recherche »

 Est-il éthique de refourguer le sale boulot aux pays pauvres, où la majorité des patients sont analphabètes (selon Margaret Hamburg, de la FDA) ? L’histoire récente de l’industrie pharmaceutique est truffée de cas d’abus tous plus horribles les uns que les autres, comme ces centaines d’essais mortels sur des personnes défavorisées, emprisonnées ou déficientes, aux États-Unis. Ces études sur la syphilis au Guatemala, contre le sida en Afrique, le cancer du sein et les médicaments anti-psychotiques en Inde ou sur un antibiotique (Trovan) au Nigéria, qui se sont soldées par la mort de cobayes qui n’avaient jamais été informés des risques.

 Peut-on débarquer, du jour au lendemain, en offrant un médicament au top du top à des malades sans le sou. Et, à la fin de l’étude, leur dire "au revoir et bye-bye", en leur souhaitant bon courage pour la suite... sans médicament

 

Hicham benbrahim

Posté par hbenbrahim à 01:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Mensonge humanitaire..

Nouveau commentaire